The Wire

Le programme  « Sciences sociales et séries télé » est né d’une réflexion plus spécifique sur la série produite par HBO The Wire, entre 2002 et 2008. La série comprend cinq saisons de 12 épisodes chacune. Son titre renvoie aux fils, câbles, liens utilisés par l’équipe de police pour écouter les dealers de Baltimore, mais également aux réseaux multiples et complexes qui sont progressivement mis à jour comme fondant la société urbaine de la ville au début du XXIe siècle.

La série a bénéficié d’un immense succès d’estime aux États-Unis d’abord, puis dans de nombreux pays anglophones. Si le nombre de téléspectateurs n’a jamais atteint les records de certaines autres séries, les critiques ont été extrêmement positives et nombreuses. En France, la série a été diffusée sous le nom « Sur écoute », sur Canal Jimmy, et sur France ô.

La série a été écrite par David Simon, journaliste au Baltimore Sun et Ed Burns, un ancien policier de Baltimore, aidés de plusieurs coscénaristes, dont par exemple Dennis Lehane, l’auteur de Mystic River et Shutter Island.

Les cinq saisons dressent un portrait choral de la ville de Baltimore, dans un contexte post-11 Septembre et marqué par une profonde crise économique. Elles envisagent successivement les ghettos et le trafic de drogue, la désindustrialisation et le chômage, les affaires politiques et le gouvernement de la ville, le système éducatif et les médias.

Les personnages sont extrêmement nombreux mais d’une série à l’autre, on retrouve au cœur de la narration une équipe de policiers qui tentent de mettre un terme aux trafics de drogue.

Malgré cette présence essentielle, la série a souvent été qualifiée d’anti cop show, car elle parvient à éviter tous les poncifs et attendus relatifs au travail de la police, pour proposer au contraire une narration complexe et subtile, une mosaïque impressionnante de la société de Baltimore. Plus de 65 personnages identifiés interviennent au fil des cinq séries, et participent de cet immense projet narratif.

The Wire, “the best TV show since the invention of radio” (Charlie Brooker, journaliste au Guardian)